Nous vous proposons cette semaine, la traduction d’un article qui nous a beaucoup intéressés chez RemixJobs.
Cet article donne une vision différente de l’embauche telle qu’elle est majoritairement pensée dans les process de recrutement classiques : « Why Hiring Exclusively for Experience Doesn’t Make Sens » by Chris Cera

N’hésitez pas à nous faire part de vos avis et expériences. Avez-vous été recrutés selon le simple critère de l’expérience ? Ou bien avez-vous au contraire pu bénéficier d’un recrutement plus atypique ? Que pensez-vous de la priorité accordée à l’expérience des postulants dans les recrutements ? …

Legal-work-experience

« 5 à 7 ans d’expérience Python , 10 ans ou plus de .net,  Minimum de 3 ans de Ruby … »

Dans le monde du développement web, quasiment tous les postes semblent inclure une demande d’années d’expérience, une condition préalable visant à réduire le nombre de candidats et à créer des équipes plus performantes.

Vous pouvez constater cette tendance dans pratiquement tous les autres secteurs : 10 ans d’expérience en vente , 5 à 7 ans en gestion …

Il y a toutefois des failles dans cette approche , à savoir que les secteurs d’activité – comme le développement de logiciels – évoluent rapidement. De nouveaux langages apparaissent chaque jour, d’anciens disparaissent . Les candidats apprennent par eux-mêmes et acquièrent la pratique en dehors des lieux traditionnels permettant d’acquérir de l’expérience.

Si vous devez vous positionner sur un projet qui s’appuie sur un langage de moins en moins utilisé, l’embauche pour ce besoin spécifique n’a pas vraiment de sens.

Et, de manière plus générale, c’est exactement pour cela qu’embaucher exclusivement en ce basant sur le critère de l’expérience est un non sens.

Les dirigeants de startups se doivent donc de penser le recrutement différemment.

Voici quelques une des qualités qui devraient être prises en compte prioritairement :

  • L’ Attitude

Cela peut paraître cliché, et peut-être trop « qualitatif », mais une attitude positive est la clé d’une embauche réussie.

En matière de développement web, nous considérons que l’attitude d’un candidat est le un reflet de l’expérience qu’il veut gagner et de sa motivation. Venez avec une attitude combattante , « mettons-nous au travail » qui met en condition pour la tâche à accomplir et qui prouve que vous partagez la philosophie de notre entreprise . Montrez que vous n’avez pas peur de contester la pensée conventionnelle , et on la contestera avec vous .

C’est à l’entreprise que revient la tâche de communiquer efficacement l’attitude particulière qu’elle cherche. Cela se reflète dans la description de poste , le site de l’entreprise , le blog de la société – tout ce qui montre qui est la société . Les candidats qui sortent du lot sont ceux qui comprennent ces nuances , qui ont une idée du positionnement de la société et s’y adaptent correctement . Recruteurs, faîtes en sorte que l’attitude que vous cherchez soit claire pour le candidat.

  • L’engagement

Etre capable de suivre des instructions est un engagement  Essentiellement, nous recherchons des développeurs qui, prioritairement, attachent de l’importance au respect des délais, des budgets et qui respectent les consignes. Ce sont les critères que nous voulons offrir à nos clients, et qui rendent une entreprise prospère.

Cette idée s’applique dans tous les domaines. Si votre activité est spécialisée dans la conception de maison, les délais, le budget et le respect des demandes sont essentiels . Quand on embauche une équipe soudée , c’est comme dans toute famille, cela fonctionnera si tout le monde est investi. Il faut donc recruter un candidat aussi pour son engagement et non pas une personne qui recherche uniquement un salaire .

  • La capacité à s’adapter

Nos développeurs sont-ils intelligents? Absolument.

Est-ce que nous recherchons des qualités spécifiques? Oui.

La plupart des entreprises répondent la même chose – qu’ils engagent pour « l’intelligence » . Il y a pléthore de gens intelligents.

Ce qui fait la différence c’est la polyvalence.

Dans la plupart des domaines , « être capable de » est plus ou moins la base . Que se passera-t-il si  vous embauchez quelqu’un , certes « intelligent » ( avec des années d’ expérience ! ) mais qui n’est pas très préoccupé par les délais , les budgets et répondre aux exigences demandées ?

Et nous connaissons tous des personnes dotées d’une grande intelligence mais dont l’attitude finit par pénaliser cette qualité.

Votre entreprise doit se baser sur l’aptitude à s’adapter pour embaucher . Tous vos candidats seront intelligents . Vous devez vous concentrer sur la polyvalence – des gens qui peuvent , juste  » découvrir  » et résoudre des problèmes . Ceux qui ont cette soif d’apprendre et qui savent s’adapter, ceux qui pensent  » nous allons apprendre à travailler ». Ceux qui sont motivés par la perspective d’aller toujours plus loin et d’apprendre inlassablement. C’est cette capacité là que vous devez chercher en priorité.

Les années d’expérience ne correspondent pas nécessairement à ces trois critères . Il est tout à fait possible de rencontrer un candidat ayant 10 ans d’expérience et qui ne soit pas intéressé par l’apprentissage de nouveautés. ( Après tout ,il fait la même chose depuis 10 ans ! )

Lors de vos prochains recrutements, n’imposez pas de condition préalable d’expérience.

Cela vous forcera à vous concentrer sur ce que vous recherchez vraiment.

fév 13 2014

YesWeHack, le bilan

Il y a quelques mois, naissait YesWeHack, un portail d’offres d’emplois et de services dédiés à la sécurité informatique. Un espace unique en partenariat avec RemixJobs.

logo_yeswehack_02bgdark

Nous dressons aujourd’hui un bilan très positif,

YesWeHack, en quelques chiffres c’est déjà :

  • 108 offres postées
  • 500 CV déposés
  • 2000 visiteurs uniques chaque mois
  • 10000 pages vues par mois

 

art-ywh1

Voici quelques uns des retours, pour le moins encourageants, des recruteurs qui ont fait confiance à YesWeHack durant ces derniers mois :

« Enfin un site dédié aux pentesters et plus généralement à la sécurité informatique. C’est l’assurance de recevoir des CVs qualifiés dans nos métiers d’auditeur technique. Un grand bravo à YesWeHack»
Olivier Franchi Directeur de Sysdream

——

« La plate-forme « YesWeHack » nous a permis de rencontrer de nombreux candidats passionnés par la sécurité informatique. C’est un véritable avantage par rapport à d’autres plate-formes plus généralistes. »
Renaud Feil CEO de Synacktiv

——

« Dans la cadre d’une campagne de recrutement d’experts en sécurité informatique, menée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie – CNAM TS, nous avons utilisé plusieurs nouveaux sites et outils de recrutement. Suggéré par la Directrice de la Sécurité informatique, le site « YesWeHack » fût l’un d’eux.
Nous avons apprécié sa simplicité d’inscription, et d’utilisation, la rapidité avec laquelle on saisit les annonces, et les différentes catégories proposées dans les métiers de la sécurité : Mobile, Reversing, Forensics, Pentesting.
La saisie des compétences recherchées se faisant comme avec des « tags » associé à l’annonce est moderne, claire et efficace.
A ce jour, les retours ont été satisfaisants et nous menons actuellement des entretiens avec plusieurs candidats, dont les CV ont retenu l’attention des managers.  »
Axel TANNIERES, Gestionnaire Recrutement Carrière – Caisse Nationale d’Assurance Maladie

——

« L’arrivée de YesWeHack, nouveau canal de sourcing,  est une réelle opportunité pour LEXSI, spécialiste en cyber sécurité et à la recherche constante d’experts techniques. En effet, le site cible, , précisément les profils techniques qui sont spécifiques aux métiers de la sécurité des SI (Forensic, Pentest, Ingénierie inverse) que nous ne retrouvons pas ailleurs. La demande est supérieure à l’offre , il y a donc une pénurie de profils. Concernant le lancement, les retours ne sont pas encore très importants mais certaines candidatures sont intéressantes. De nombreux candidats en recherche de stage postulent par le biais de yeswehack, quelques profils internationaux également. L’utilisation de cet outil de recrutement reste intuitif et l’interface ergonomique. Nous aurons certainement une meilleure visibilité dans 6 mois, sur ce site prometteur. »
Linda VERZELE, Chargée de recrutement chez Lexsi

art-ywh3

Guillaume Vassault-Houlière, co-fondateur de YesWeHack, nous livre ses impressions

« Nous n’avons eu, durant ces premiers mois que de très bons retours et félicitations lors des nombreux échanges autour du projet YesWeHack , que ce soit avec nos clients, acteurs et postulants. Il s’avère que beaucoup de PME/TPE, et également de grands acteurs,  avaient besoin d’une meilleure visibilité pendant leur phase de recrutement dans le domaine de la sécurité informatique. Ils peinaient à recruter dans ce domaine tant la demande est forte.

Etonnamment de nombreux étudiants pensaient qu’il y avait peu d’offres dans le domaine de la sécurité informatique. Cela était dû au fait que les offres étaient disséminées sur de nombreux supports et non centralisées . Cette situation ne les poussait pas à aller dans ce domaine pour leur future orientation professionnelle.

Ce point laissait peu de place à des acteurs recruteurs peu reconnus dans le domaine.  Mais aujourd’hui YesWeHack centralise enfin les offres du secteur et permet à l’ensemble des acteurs d’avoir un site de référence qui leur propose des profils et des offres adaptés dans le domaine de la sécurité informatique.

Je tenais à remercier l’ensemble des personnes qui nous ont aidés à porter ce projet autour d’eux durant ces premiers mois.

La solidarité en a été la maître mot sans cela il nous aurait été plus difficile d’avoir ce retour positif en si peu de temps.

Ces constats nous encouragent donc à accélérer notre projet afin de fournir à tous : recruteurs et postulants, un outil qui contribuera à l’évolution de la cybersécurité en France et à l’étranger. »

Infos : YesWeHack sera présent dans un espace dédié à la Nuit du Hack , avec à disposition une salle exclusivement réservée pendant la journée, au recrutement.

art-ywh2

Remixjobsday, l’un des événements les plus attendus consacré au recrutement web en France lance sa troisième édition

rjday

RemixJobsDay, l’un des événements les plus attendus consacré au recrutement web en France, organisé par Remixjobs , aura lieu le lundi 9 décembre 2013 au Cap15 (Paris 15e), situé à deux pas de la Tour Eiffel, de 17 heures à 21 heures. Des sociétés telles que Bouygues Telecom, Deezer, ainsi que de nombreuses startups seront présentes.

Le RemixJobsday est destiné à tous les acteurs professionnels du Web : Développeurs, Designers, Experts en marketing, Community manager et Commerciaux à la recherche d’un emploi dans ce secteur et qui souhaitent trouver des entreprises où il fait bon travailler.

Novatrice, détendue, mais néanmoins efficace, cette rencontre très intense entre recruteurs et candidats est avant tout conviviale et permet de donner une chance aux candidats de rencontrer face à face des RH parfois inaccessibles.

Tout au long de la soirée, plus de 1000 candidats spécialisés dans les métiers de l’Internet, sélectionnés par l’équipe de Remixjobs seront au rendez-vous pour rencontrer plus de 80 sociétés autour d’un cocktail dînatoire.

De plus, cette année le RemixjobsDay ouvrira un espace dédié aux métiers de la sécurité informatique pour inaugurer le lancement de son site YesWeHack .

“Nous souhaitons, en organisant cette soirée, permettre aux candidats et aux recruteurs de se rencontrer. Une rencontre professionnelle bien sûr, mais aussi informelle et conviviale, dans une ambiance chaleureuse. Notre volonté est résolument tournée vers une envie de sortir du cadre de recrutement classique qui peut parfois se révéler impersonnel.

Permettre cette rencontre différente, c’est donner l’opportunité aux candidats d’approcher facilement les recruteurs et également d’offrir la possibilité aux recruteurs d’aborder les candidats sur un plan plus humain et moins virtuel”. - Amele Zerouat, Organisatrice du Remixjobsday

“RemixJobs est avant tout une aventure humaine, et le RemixJobsday l’est tout autant”. - Jeremy Marc, Gérant Remixjobs

Une édition 2012 réussie

En décembre 2012, la précédente édition avait déjà rassemblé plus de 600 candidats et une soixantaine de sociétés dont :  Winamax, My Little Paris, Blablacar, BazarChic, Netvibes, Dailymotion, LeKiosque…

« Nous avons fait de bonnes rencontres avec des candidats de qualité » - Winamax

« Très bonne organisation. Endroit sympa. Organisateurs sympas. Bonne préselection des candidats. Durée de l’événement parfaite. » - Dailymotion

« Super organisation, recrutement dans une atmosphère conviviale, joli cadre, bref un sans faute! » - Official.fm

“De retour du #remixjobsday, c’était « chaud » au studio D. :) Recruteurs souriants et sympas, très nombreux candidats, bonne soirée !” - @grumelages

« Suite à la deuxième édition du Remixjobsday, j’ai eu 3 entretiens dont un qui a débouché sur un CDI. » - Alexandre Collin

A découvrir en vidéo

Les interviews de responsables RH de sociétés participant au RemixJobsday, un “décryptage” de leur façon d’appréhender leurs recrutements, axés spécifiquement sur les métiers de l’Internet.

Infos pratiques

  • Pour qui ? Toute personne motivée, cherchant un emploi dans le web
  • Combien ? 100% gratuit grâce aux sponsors Bouygues Telecom, Deezer, In Team et Horyou … Places limitées à 1000 candidats.
  • Date et horaires : lundi 9 décembre 2013 de 17 heures à 21 heures.
  • Lieu : Espaces Cap 15, 1/13 Quai de Grenelle 75015 Paris
  • Partenaires et Sponsors : Presse Citron, EEMI, Korben, Bouygues Telecom, Deezer, In Team et Horyou
  • Site internet dédié à l’événement : www.remixjobsday.com

Contacts

Si vous êtes journaliste et que vous désirez assister à l’événement, demandez-nous une accréditation : presse@remixjobs.com

logo-bouygues

logo-deezer

logo-inteam

logo_horyou

 

Superwoman

Les femmes sont sous-représentées dans le secteur IT, et plus largement dans les métiers de l’ingénierie, des sciences ou encore des mathématiques.

Outre Atlantique, mais pas seulement, de nombreuses initiatives voient le jour autour d’un « mouvement » des « women in tech ».

Pour aborder le sujet et surtout les débats qu’il suscite, nous avons décidé aujourd’hui de vous traduire un article paru dans « Dame magazine ».

N’hésitez pas à réagir à cet article, à apporter vos propres témoignages.

Recruter des femmes dans le secteur IT est-il sexiste ?

Les efforts entrepris pour permettre de recruter davantage de femmes dans les emplois techniques sont-ils sexistes ?

Les femmes elles-mêmes semblent partager sur le débat.

C’est un fait, il y a aujourd’hui moins de femmes qui travaillent dans les domaines de la science, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques qu’il n’y en avait dans les années 90 selon un rapport de L’US Census Bureau . Toujours selon ce rapport, les femmes ne représentaient que 26% de la main d’oeuvre dans ces domaines (« STEM jobs »: Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) en 2011.

Certaines entreprises tentent de lutter contre ces chiffres désastreux.

Les bonnes raisons pour embaucher plus de femmes dans les emplois de la technologie ne manquent pas. La diversité dans le développement  permet notamment de créer des produits qui répondent mieux aux besoins de tous les consommateurs. La recherche a d’autre part prouvé que les équipes dans lesquelles travaillent des femmes sont collectivement plus efficaces.

Cette année, la société Etsy a attiré toute l’attention par ses efforts visant à accroître la parité. Ils ont notamment modifié leur process de recrutement et ont offert des bourses aux femmes qui souhaitaient participer aux programmes de formations d’ingénieur junior. Et cela a fonctionné, le nombre de femmes ingénieurs dans la société d’e-commerce a grimpé de 500% !

Un réel progrès non ?

Et bien, peut-être pas … Les femmes des secteurs de la technologie, ces « women in tech » on débattu à propos de ce type d’actions positives, partant de deux perspectives très différentes.

« Women in tech » vu par Lea Verou

lea-verou2

 Lea Verou *, Ingénieure Front End et Webdesigner reconnue, n’est pour sa part pas « fan » du « concept.
(NB : Elle s’est exprimée longuement sur le sujet dans une « lettre ouverte » donc vous pourrez retrouver l’intégralité ici : http://pensieve.verou.me/post/54853162595/on-women-in-tech)

Elle écrit  » La plupart des gens qui me suivent sur les réseaux sociaux savent ce que je pense de l’esprit des initiatives autour des « women in technology » (…) Même s’ils veulent bien faire, je pense que la plupart d’entre eux ( pas tous !) sont effectivement en train de faire plus de mal que de bien aux femmes dans ce secteur (…) »

Elle explique que lorsqu’elle s’exprime dans les conférences « tech », elle se sent toujours obligée de prouver qu’elle n’est pas là parce qu’elle est une femme, mais parce qu’elle est une bonne développeuse et qu’elle a quelque chose de valeur à enseigner. Toujours selon Lea Verou, l’abondance d’événements axés sur les femmes « entache la perception que l’on a d’elles en matière de technologie. Elle ajoute  » je crois qu’ils cultivent l’idée répandue que les femmes sont des êtres fragiles qui trouvent leurs collègues masculins trop intimidants ».

Lea Verou ne conteste pas qu’il est important d’encourager les femmes à rejoindre ce secteur d’activités. Mais elle est en désaccord avec la notion de quotas et de modèles basés sur le sexe.

 » Surmonter les préjugés contre les femmes est une chose, mais à l’inverse, entrer dans un parti pris contre les hommes en est une autre, et c’est tout aussi sexiste ». Elle ajoute  » La notion selon laquelle les femmes ont besoin de modèles féminins découle de l’idée que le sexe est la caractéristique la plus importante, celle qui définit qui vous êtes ».

La vision de Julie Ann Horvath

julie-ann-horvath

A l’inverse, Julie Ann Horvath*, l’une des premières développeuses de GitHub , pense qu’il est important de chercher à avoir davantage de modèles féminins.

Julie est arrivée dans son premier job « tech » par accident :  » Il a fallu attendre que je vois une femme réussir dans ce milieu pour que je me dise que c’était également possible pour moi ». Dans son poste actuel, alors qu’elle aidait une collègue femme à écrire du code, une nuit, elle réalisa l’avantage que cela représentait d »avoir des collègues femmes. « Je n’ai pas eu à prouver que j’étais aussi intelligente et je n’ai pas eu à crier pour être entendue ou pour que mon avis soit pris en compte. »

Du coup, elle a crée au sein de GitHub, Passion Projects : une série de talks mensuels ouvert au grand public, dans lesquels des femmes ingénieures, développeuses et entrepreuneuses partagent leur travail.

Elle est convaincue que cette initiative pourra inciter plus de femmes à envisager de faire carrière dans la technologie.

Et elle est peut-être bien sur quelque chose : grâce aux « Passion Projects » et à la proactivité préalable de GitHub à recruter des femmes, elles ont représentées1/4 des 60 dernières recrues de la société .

(NB : son interview complète de « Dame Magazine »,  « it is sexist to recrute women in tech  » http://julieannhorvath.com/2013/10/10/is-it-sexist-to-recruit-women.html)

En conclusion

De nombreux efforts de recrutement se focalisent maintenant sur des initiatives à long terme visant à enseigner aux jeunes filles comment coder. Mais l’enseignement seul ne suffit pas : bien que 41% des diplômés en sciences et ingénieurie soient des femmes, seules 15% d’entre elles choisissent actuellement de travailler dans ces secteurs que sont les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques.

Finalement, Lea et Julie partagent un sentiment commun  » je ne veux pas juste embaucher des femmes « qui déchirent », je veux tout faire  pour les garder. »

* A propos de Lea Verou : http://lea.verou.me/about/
* A propos de Julie Ann Horvath : http://julieannhorvath.com/, son interview complète de « Dame Magazine »,  « it is sexist to recrute women in tech  » http://julieannhorvath.com/2013/10/10/is-it-sexist-to-recruit-women.html